RÉSIDENCES PROFESSIONNELLES
du lundi 22 au dimanche 29 août 2022
 à huis clos 

#1 VERS DE NOUVEAUX DESSEINS ÉCOLOGIQUES

COORDONNÉE PAR SÉVERINE KODJO-GRANDVAUX

« Décroissance », « taxe carbone », « catastrophe climatique », « sixième extinction de masse »… les mots pour dire et penser la nécessité et l’urgence d’un engagement en faveur de l’environnement sont bien souvent négatifs, charriant avec eux tout un imaginaire du devoir, de la contrainte, de la dystopie. Ce qui aboutit à donner de l’écologie l’image peu exaltante et peu mobilisatrice d’une « écologie punitive ». 

 

Comment, au contraire, inviter à repenser de manière enthousiasmante nos façons d’habiter le monde ? Comment dessiner de nouvelles utopies écologiques émancipatrices et faire de l’écologie un moteur de futurs désirables, une matrice qui relie ensemble les différentes générations et qui aide à construire un monde fait de différents mondes, où chacune et chacun est reconnu dans ses pleines potentialités ? 

Cette résidence a pour objectif de faire dialoguer des perspectives africaines, européennes et sud-américaines sur ces questions fondamentales et la nécessité de construire de nouvelles utopies à partir de savoirs locaux et pluriels. 
 
Ce temps de travail collectif aura pour objectif la production d’un manifeste rassemblant différents articles, interviews, nouvelles, dessins, poèmes… dessinant les contours de ces nouvelles utopies. Ce livre serait complété par des podcasts ou des vidéos enregistrées avec les participants et le public afin de multiplier les modes d’expressions pour adresser ces questions dans toute leur complexité et de faciliter la diffusion du produit de ces recherches.

Fichier 4.png

Avec la participation de 
Diego Landivar économiste et co-auteur de l’ouvrage Héritage et fermeture : une écologie du démantèlementChourouk Hriech artiste plasticienneSénamé Koffi architecte-urbaniste, créateur de la plateforme “L’Africaine d’architecture” sur l’urbanisme en Afrique et des Woe Labs: un réseau de tech-hubs togolaisTarik Chekchak, ingénieur écologue, directeur du Centre de biomimétisme à l’Institut des futurs souhaitablesBili Bidjocka artiste plasticien, fondateur de la plateforme de création Matrix Art Project (MAP) à Paris, Bruxelles et New York et directeur artistique de la Fondation MAMAnna Dantes fondatrice de la maison d’édition Dantes Editora et du cycle d’étude SelvagemMadeleine Deschamps, productrice de Selvagem, cycle d'études sur la VieDavid Escobar directeur de Comfama • Juan Manuel Restrepo Cadavid, responsable Educación chez ComfamaJuliana Gutierrez, responsable Cultures régénératives chez ComfamaClara Melniczuk membre du collectif d’art et de recherche NOMASMETAFORASJulian Dupont, artiste et membre du collectif d’art et de recherche NOMASMETAFORASHugo Jamioy poète du peuple indigène Camsa del Putumayo (Colombie)Alberto Acosta économiste, théoricien du Buen vivir, ancien président de l’Assemblée nationale constituante équatorienneCristine Takua, philosophe, éducatrice et sage-femmeOlimpo Guajajara coordinateur des Gardiens du Peuple Guajajara dans le Maranhao (Brésil) • Carlos Papa Mirim, un leader indigène et cinéaste du peuple Guarani Mbya

#2 LA FABRIQUE DE L'ACTION POUR LE VIVANT DANS LES TERRITOIRES, TERRITOIRES RÉSILIENTS 

COORDONNÉE PAR RAPHAEL MATHEVET ET MICHEL-FRANÇOIS DELANNOY
En partenariat avec la Caisse des dépôts et consignations, la Banque des Territoires et le Conservatoire du Littoral  

Une forme de matrice est née au croisement des dites transitions numérique, démographique et environnementale et de l’approche territoriale. La révolution écologique est d’une toute autre nature ; d’abord elle concerne la vie, rien de moins ; la nôtre, celle de tous les vivants et globalement l’écosystème global. Elle est universelle : on peut dire que toutes les parties du monde, certes à des degrés différents, sont concernées. C’est le plus grand des défis. Elle est d’une rare diversité et complexité à appréhender : impact carbone et changement climatique, biodiversité, gestion des ressources naturelles, gestion des événements météorologiques extrêmes... Elle percute à peu près tous les compartiments de l’action publique et privée (l’économie, le logement, les déplacements, le cadre de vie, la nourriture, les loisirs,...) et les territoires sont en première ligne.

L’enjeu central de la résidence est d’accompagner le nécessaire changement de modèle d’action dans les territoires les plus vulnérables et concernés par le choc climatique et favoriser leur résilience sur le moyen terme.

Fichier 4.png

Avec la participation de 
Marc Dufumier agronome et enseignant-chercheur • Emmanuel Torquebiau chercheur au Cirad spécialiste en agroforesterie • David Blanchon professeur des Universités et spécialiste de la gestion de l’eau • Joël Guiot directeur de recherches sur le climat • Vivian Depoues chef de projet Adaptation au changement climatique à I4CE • Marine Calmet juriste spécialiste des droits de la Nature et fondatrice de Wild Legal • Lise Bourdeau Lepage professeur de géographie à l’université Lyon 3 et présidente de l’ASRDLF • Clara Simay architecte urbaniste, à l’origine de la Ferme du rail à Paris • Anne Gaillard paysagiste conceptrice et urbaniste • François Fouchier délégué régional du conservatoire du littoral PACA, expert littoral, Ingénieur des Ponts • François Bousquet spécialiste résilience, attachements, modélisateur et anthropologue, ingénieur de l’eau • Pierre Leroy président du Pôle d'Equilibre Territorial et Rural du Briançonnais des Ecrins du Guillestrois et du Queyras • Jean Baptiste Bosson glaciologue, membre du conseil National de la Nature • Marianne Louradour directrice générale de CDC Biodiversité • Isabelle Delannoy ingénieure en agriculture et auteure de la théorie de l'économie symbiotique • Olivier Massicot Territory Lab, approche bio-inspirée • Benoît Leguet directeur général d’I4CE • Frédéric Audras responsable de la division développement urbain et aménagement à l’Agence Française de développement • Marie-Noëlle Battistel députée • Olivier Erard directeur du Syndicat Mixte du Mont d'Or • Boris Bourgel maître de Conférences en Sciences de Gestion, IAE Savoie Mont-Blanc Géraud Guibert, président la Fabrique écologique • Jill Madelenat chargée d'études La Fabrique Ecologique • Jean Jalbert directeur de la Tour du Valat : le Petit Saint Jean • Jean Marc Rocchi président Pays d’Arles en transition Roland Roux, CPIE Rhône Pays d’Arles

#3 DÉMOCRATIE ET VIVANT 

UN CYCLE DE RÉSIDENCES PILOTÉ PAR ACHILLE MBEMBE
En partenariat avec le Campus de l’Agence Française de développement  

La protection des Hommes et du Vivant découle inévitablement de la vitalité de la démocratie, entendue comme système qui permet aux individus et aux collectifs de retrouver un désir, une voix et une capacité d’agir. C’est par cette démocratie vivante, créatrice de pense et de désir, ancrée dans des territoires, nourrie par des expériences endogènes, que les lignes bougeront en faveur d’un accès égal aux moyens d’existence et aux moyens d’expression, d’une protection du vivant et d’une production de bien commun.

L’activisme est une des formes de démocratie vivante qui prend aujourd’hui de l’ampleur, notamment dans le domaine de la protection du vivant. En effet, que ce soit en Afrique, en Europe ou encore en Amérique du Sud, les combats en faveur du climat et du vivant se multiplient. Cet activisme est à protéger, à accompagner, comme levier de réinvention de la démocratie.

C’est dans cette perspective que la résidence Démocratie et Vivant, coordonnée par Achille Mbembe, prend racine et vise ainsi à faire dialoguer les perspectives africaines, européennes et sud-américaines sur ces questions fondamentales et la nécessité de construire de nouveaux desseins politiques.

Fichier 4.png

Avec la participation de 

Pauline Boyer activiste climat et éco féministe • Aissatou Diouf, activiste pour l’environnement, militante climatique sénégalaise, chargée de plaidoyer de l’ONG Enda Energie • Hilda Flavia Nakabuye, militante pour les droits de l’environnement et climat et fondatrice Fridays for future ougandais • Christian Vanizette, co-fondateur de make sense • Adam Dicko, militante pour la démocratie, l’égalité et la jeunesse et fondatrice de l’association des jeunes pour la citoyenneté active et la démocratie • Mathilde Imer militante écologiste, co-fondatrice d'association d'étudiants et de jeunes pour le climat et porte-parole de la primaire populaire • Carole Karemera, actrice, danseuse et fondatrice du Ishyo Arts Centre • Fadel Barro, cofondateur du mouvement Y’en a marre • Suspense Averti Ifo, chercheur en écologie tropicale • Corinne Morel Darleux, autrice et militante éco socialiste • Mathieu Potte-Bonneville, philosophe, directeur du département culture et création du centre Pompidou et spécialiste de l'œuvre de Michel Foucault • Lucie Pinson, militante pour la transition énergétique et fondatrice et directrice de Reclaim Finance Catalina Mesa, activiste colombienne • Maxime Ollivier, activiste • Marie Toussaint, députée européenne EELV et militante, présidente et fondatrice de l’association “Notre affaire à tous” • Ludivine Bantigny, maître de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Rouen, chercheuse au Centre d'histoire de Sciences Po, membre de la rédaction de Vingtième Siècle • Cyril Dion, auteur, réalisateur et militant écologiste • Diego Landivar, enseignant-chercheur et spécialiste des reconfigurations ontologiques dans le contexte de l'anthropocène.

#4 RÉSIDENCE EAU, GOUVERNANCE ET TERRITOIRES 

COORDONNÉE PAR ANNE LE STRAT

Première ressource naturelle du vivant, - vivant humain, animal et végétal –, l’eau est souvent abordée de manière technique, voire techniciste. Très fortement impactée par les changements climatiques et par la perte de la biodiversité, l’eau est et sera de plus en plus un enjeu majeur de nos conditions d’habitabilité sur la planète. Il s’agit donc d’en redéfinir ses usages et de penser sa gestion en la liant avec les sujets de gouvernance et de territoires, fortement interconnectés.

Comment gérer l’eau selon de nouveaux modes de gouvernance en posant la nécessité de sa démocratisation. Quels peuvent être les contours d’une gouvernance politique, citoyenne et juridique. Il s’agit de se saisir de l’urgence de mieux gérer cette ressource pour inventer de nouveaux modèles de gouvernance des communs. Comment créer de nouvelles interactions et de nouveaux liens avec le vivant non humain, et entre les humains.

Fichier 4.png

Ressource par excellence locale et interconnectée avec les différents cosystèmes, la gestion de l’eau doit nécessairement se décliner dans une autre politique territoriale. Comment repenser les territoires hydrographiques et administratifs ? Comment connecter usages, acteurs et territoires aux impératifs de préservation et de(re)distribution de l’eau. Telles sont les questions abordées dans le cadre de cette résidence.

Avec la participation de 

Régis Taisne, chef du département « cycle de l’eau » à la FNCCR (Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et Régies) • Elisabeth Thiéblemont, déléguée à la stratégie et à la perspective auprès de la direction générale d’Eau De Paris • François Poupard, directeur général des services du Conseil régional de Nouvelle Aquitaine • Annick Mièvre, directrice de la délégation de Marseille Agence de l’eau • Emma Haziza, hydrologue, Chercheur-Entrepreneur pour une planète habitable, CEO & Co-founder Mayane Labs • Emmanuel Dollet, directeur du centre permanent d’Initiatives pour l’Environnement Rhône Pays d’Arles • Agathe Euzen, responsable de la Cellule Eau du CNRS, Co-directrice du PEPR OneWater - Eau bien commun - Co-piloté par CNRS - BRGM - INRAE • Thierry Ruf, directeur de recherche à l'IRD (Institut de recherche pour le développement) et professeur associé à Supagro Montpellier • Philippe Camburet, président de la Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique • Beatriz Escribano, présidente de l'OAT (L'Observatoire de l'eau de Terrassa) • Lucile Richard/Julien le Guet, (VISIO) militant.e.s du Collectif Bassines Non Merci, présentation des campagnes menées contre les projets de bassines • Barbara Réthoré et Julien Chapuis, biologistes, NatExploreurs, présentation de leur travail sur le fleuve Loire Oriana Romano,(VISIO) Head of Unit, Water Governance and Circular Economy, OCDE • Marin Schaffner, auteur Les veines de la terre : une anthologie des bassins-versants, codirige la collection de poche des éditions Wildproject • Pedro Arrojo-Agudo, (VISIO) rapporteur spécial à l’ONU sur les droits de l’homme à l’eau potable et à l’assainissement, fondation de La nouvelle culture de l’eau • Emmanuel Dupont, (VISIO) expert-conseiller Transformation publique et Territoires à l’ANC Territoires • Isabelle Delannoy, présidente de L'Entreprise Symbiotique - accélérer la transition des organisations et des territoires vers une économie régénérative.

#5 UN OBSERVATOIRE DE LA VIE DES FLEUVES  

COORDONNÉE PAR JULIEN CHAPUIS ET BARBARA RÉTHORÉ

Aux quatre coins de la planète, les fleuves et les rivières sont ponctionnés, pollués, aménagés au point de devenir méconnaissables, presque incapables de rendre les immenses services dont dépendent mutuellement humains et autres qu’humains.

 

D’aucuns diraient que les cours d’eau, à travers le monde, ne se ressemblent plus. Certes, ils ont changé, et changent de plus en plus rapidement, mais ils ne sont pas les seuls : le regard que nous leur portons s’en trouve également, et définitivement, modifié.

 

Aujourd’hui, ce sont ces nouvelles eaux qu’il nous faut découvrir. C’est ce nouveau regard qu’il nous faut développer.

 

Pour cela, nous devons opter pour d’autres formes d’exploration - des formes hybrides entre les registres du scientifique et du sensible ; et adopter de nouveaux outils de visualisation - des dispositifs, autant scientifiques qu’artistiques, qui nous donnent à voir des mondes pas seulement inconnus, mais invisibles.

Voilà ce que propose le projet Loire Sentinelle initié cette année au fil du "dernier fleuve sauvage d’Europe".
De mai à juillet, une équipe — ou plutôt un équipage — de scientifiques, d'artistes et d'auteur.e.s a descendu le cours intégral de la Loire, des sources à l’estuaire, pour sonder son état de santé par des prélèvements et mener collectivement l’enquête sur ce que le fleuve a à nous dire.

Dans le prolongement de cette exploration scientifique et sensible de la vie du fleuve, la résidence propose de réunir pour la première fois des personnes qui ont participé à cette descente sans pour autant s'y croiser.

Avec la participation de 

Clara Arnaud, autrice • Laure Bourru, documentariste • Aurélie Calmet, dessinatrice • Sébastien Rochard, journaliste • Marin Schaffner, auteur, traducteur, éditeur.

#6 ENTREPRENDRE POUR LE VIVANT, L'EMPREINTE NATURELLE DES ENTREPRISES ET DES ORGANISATIONS

CO-CONÇUE ET COORDONNÉE PAR TARIF CHEKCHAK ET
ANNE GAILLARD, DE L'INSTITUT DES FUTURS SOUHAITABLES
N&B_INSTITUTS FUTURS SOUAHITABLES.png

Cette résidence est le fruit d’un travail d’exploration depuis plusieurs années, co-construit avec l’Institut des Futurs souhaitables. Ensemble, avec un groupe d’entreprises partenaires de la démarche, nous avons établi le constat qu'à l'aube de la sixième extinction de masse de la biodiversité provoquée par nos modes de développements, il était nécessaire de profondément questionner les relations au vivant dans l'entrepreneuriat.

Cette sixième rencontre sera consacrée à la présentation d’une méthodologie visant à accompagner les transformations culturelles des entreprises et organisations quant à leurs relations au vivant.

En 2022, l’équipe d’Agir pour le vivant, ainsi que les partenaires qui co-construisent la méthodologie Empreinte, l’Institut des Futurs Souhaitables et Pixelis, ont travaillé à :

 La finalisation d’un document présentant la méthodologie pour accompagner la mise en place de transformation culturelle et la prise en compte du vivant dans les entreprises et les organisations ;

●  La création d’outils de design thinking pour concrétiser la démarche et la partager (notamment un jeu de carte - serious gaming).

À Arles le vendredi 26 août, nous présenterons le jeu de cartes, étape 1 de la méthodologie d’accompagnement des entreprises.

 

Cet atelier bénéficie du soutien de la Fondation Hermès. 

06_FONDATION HERMÈS.png

#7 DU DESSIN À L'ACTION

À L'INITIATIVE D'HARMONIE MUTUELLE
6_HARMONIE MUTUELLE.png

Dans cet atelier, la part belle est donnée à l’action. Parcourant la fresque de la renaissance écologique, les participants sont immergés dans un monde bas carbone, une société prospère qui a relevé avec succès les défis climatiques et biodiversité. Tous ses habitants sont en bonne santé : le vivant est régénéré et protégé.

Dans ce temps de rencontres et de mises en commun, on interroge, imagine ou met en scène l’entreprise et la métamorphose de son action. Concrètement... Comment l’entreprise protège et régénère le vivant ? Comment crée-t-elle, produit-elle, distribue-t-elle, se fournit-elle ? Quelles alliances sont tissées entre les acteurs territoriaux, collectivités, entreprises et citoyens ? Et pourquoi ne pas passer à l’action, ensemble, dès aujourd’hui ?

Un atelier qui pourra être un point de départ pour construire un plan global pour une vision régénérative de l’économie.

Une proposition de Julien Dossier, auteur de Renaissance Écologique, spécialiste de la ville durable, enseignant à HEC, et d’Aude Nail, Directrice du laboratoire des biens communs (Direction Santé et Écologies) chez Harmonie Mutuelle.

#8 POUR UNE ALLIANCE DES HUMAINS AVEC LE VIVANT

À L'INITIATIVE DE L'OFFICE FRANÇAIS DE LA BIODIVERSITÉ
06_OFB.png

Les changements transformateurs prônés par l’IPBES (“GIEC de la biodiversité”) pour stopper l’érosion de la biodiversité et les services associés touchent possiblement tous les aspects de notre vie ; ils concernent donc, globalement, la société, nos représentations et nos relations au vivant, humain et non-humain. Les leviers pouvant opérer ces transformations et enclencher une réconciliation entre humains et non-humains sur le plan social, politique, économique et technologique sont aussi d’ordre culturel au sens anthropologique du terme. Ce sont ceux qui fondent notre culture : le système éducatif, les arts, les médias, la formation supérieure et professionnelle...

L’Office Français de la Biodiversité souhaite s’impliquer et se saisir de cet enjeu majeur de transformation de modèle de société pour mobiliser et passer à l’action. L’objectif est de permettre à l’OFB d’organiser un événement fondateur début 2023 qui viserait à structurer et engager une alliance penseurs-faiseurs.

Une initiative de la direction générale déléguée à la mobilisation de la société de l’OFB, qui associera écologues, philosophes, juristes, praticiens… pour croiser les regards.

Avec la participation de 

Invités : 

Olivier Barrière • Valérie Chansigaud, historienne des sciences et de l’environnement • Alix Cosquer • Denis Couvet • Charlotte Halpern · Catherine Larrere

Équipe OFB : 

Christophe Aubel, directeur général délégué à l'Office française de la Biodiversité (OFB), à la mobilisation de la société • Bénédicte Augeard · Anne-Sophie Barnay · Audrey Coreau · Thomas Delage · François Gauthiez · Laurent Germain · Charlène Kermagoret · Claire Saint Marc