Rechercher

«On ne résoudra pas la crise climatique sans résoudre la crise de la biodiversité»

par Olivier Monod

publié le 7 septembre 2022 à 12h16

La biodiversité des arbres est menacée. Pourtant elle assure des fonctions écologiques et économiques essentielles, rappelleMalin Rivers, directrice de la conservation au sein de l’ONG Botanic Gardens Conservation International.

«Le rôle économique des arbres est estimé à 1,3 milliard de dollars», explique Malin Rivers de l'ONG Botanic Gardens Conservation International. (Pascal Montagne /Libération)

La diversité des arbres est en danger. Un quart de l’Amazonie est «irréversiblement détruite», affirme un rapport publié lors du 5e sommet des Peuples indigènes. Après avoir établi l’an dernier que 17 500 des près de 60 000 espèces d’arbres dans le monde sont menacées d’extinction, Malin Rivers, revient à la charge cette année. La directrice de la conservation au sein de l’ONG Botanic Gardens Conservation International lance un «Avertissement des scientifiques à l’humanité sur les extinctions d’arbres» cosigné par 45 scientifiques et 30 universités ou jardins botaniques. Elle revient pour Libération sur l’importance non pas des arbres mais de leur diversité pour éviter des catastrophes écologiques et économiques.


L’année dernière, vous aviez publié un rapport démontrant qu’un tiers des espèces d’arbres sur Terre était menacé. Cette année, vous publiez un «Avertissement à l’humanité sur les extinctions d’arbres». Pourquoi avez-vous ressenti le besoin d’écrire ce nouvel article ?


Il nous a semblé nécessaire de rendre concret pour tout le monde les conséquences de la baisse de biodiversité des arbres. On parle souvent des arbres comme un tout unique. On se dit que si une espèce meurt, une autre prendra sa place. Mais c’est faux. Chaque espèce d’arbre joue un rôle spécifique. Si nous perdons la diversité des espèces, nous perdons beaucoup.


Pourquoi ? Qu’est-ce qui rend la biodiversité des arbres si importante ?


Le rôle économique des arbres est estimé à 1,3 milliard de dollars. C’est un chiffre abstrait. Il y a le bois de construction ou de chauffage, bien sûr, mais ce n’est pas tout. Les forêts produisent de la nourriture, des médicaments et un abri pour d’autres espèces. Elles stabilisent aussi les sols. Enfin, elles captent le carbone de l’atmosphère. Plus sa composition est variée, et mieux la forêt peut remplir toutes ces fonctions. La force de la forêt réside dans sa biodiversité.


Quelles sont les menaces qui pèsent sur les arbres ?


Cela dépend des cas. Depuis l’an dernier, nous réalisons une estimation à la fois de la population, de l’étendue géographique mais aussi des menaces qui pèsent sur chaque espèce. C’est très utile. Dans les zones tropicales, la déforestation est la menace principale. Mais en Europe, les espèces invasives et le changement climatique sont des menaces plus importantes. Nous n’avons pas toujours complètement conscience de tous les services que nous rendent les arbres. Ils abritent une grande partie de la biodiversité, prendre soin d’eux, c’est prendre soin des sols et de toutes les espèces qui vivent dans les forêts.


« Chacun peut jouer un rôle pour défendre la diversité des arbres. Si vous soutenez un projet de plantation, il faut s’assurer que ce soit un projet soutenable. Si vous achetez des meubles, vérifiez que le bois provient d’une forêt exploitée de manière durable. » — Malin Rivers

Existe-t-il des programmes de conservation pour les espèces les plus en danger ?Pouvez-vous sauver une espècedont il ne reste que quelques individus ?


Nous avons les capacités pour garder chaque espèce en vie, oui. Mais cela demande des investissements. Parfois, il nous fautencore récolter plus d’information sur le processus de germination de certaines espèces. Certaines graines doivent passer parles intestins d’un animal pour s’activer par exemple. Dans d’autres cas, il s’agit de rétablir des conditions de vie quicorrespondent à une espèce précise. Enfin, si le nombre d’individus est trop faible, il faut faire attention à conserver unminimum de diversité génétique… Malgré ces difficultés, nous pouvons sauver ces espèces, c’est une question de choix.


En France, nous avons connu des grands incendies dans les forêts du Sud-Ouest, des grandes forêts enmonocultures. Faut-il replanter une forêt plus diversifiée dans ses essences ?


Oui, tout projet doit être mené de manière responsable. Il ne faut pas planter une seule espèce. La diversité rend la forêt plusrésiliente face aux incendies, aux sécheresses ou aux autres risques. Les services écologiques sont plus stables et productifssi la forêt est plus diverse. Au Fidji, les forêts composées d’espèces locales ont mieux résisté au passage des ouragans.


Quels retours avez-vous suite à votre appel de l’an dernier ? Avez-vous l’impression d’être entendu ?


Oui. La signature d’un accord contre la déforestation lors de la COP26 aura un énorme impact positif sur la biodiversité s’ilest mené à bien. Au niveau des citoyens, je pense que le rôle des arbres s’est fait clairement ressentir lors des récentes vaguesde chaleur, par exemple. Les gens cherchaient l’ombre. D’ailleurs, chacun peut jouer un rôle pour défendre la diversité desarbres. Si vous soutenez un projet de plantation, il faut s’assurer que ce soit un projet soutenable. Si vous achetez desmeubles, vérifiez que le bois provient d’une forêt exploitée de manière durable. Et si vous mangez du boeuf, assurez-vousqu’il ne provient pas d’une région où la forêt est détruite pour faire de la place au bétail. On ne résoudra pas la criseclimatique sans résoudre la crise de la biodiversité, les deux sont liées.




Disponible également sur le site Libération.
8 vues0 commentaire