Rechercher
  • charlottedasilva8

« Olivier De Schutter : «L’Etat doit être stratège» »


par Didier Arnaud - 7 mai 2021

Agir pour le vivant : Profil


Le professeur de droit à l’université de Louvain et rapporteur spécial de l’ONU sur l’extrême pauvreté et les droits de l’homme demande plus d’audace de la part du gouvernement sur les questions environnementales.


Pour Olivier De Schutter, nous sommes à un moment clé. «La crise que l’on vient de traverser a suscité beaucoup d’attentes. L’examen de conscience est assez unique. Il y a des tabous qui tombent, obligeant les Etats à remettre à plat les paradigmes. Comment garder le cap de la transition écologique, alors que la crise sociale mobilise toutes les énergies ? Il faut inventer de nouvelles recettes.»


Au centre de cette refondation, la remise en cause du Pacte de stabilité et de croissance. Celui-ci visait en 1997 à éviter des déséquilibres trop importants au sein de la zone euro. Le pacte a été mis de côté jusqu’en 2023, mais la Commission européenne est divisée sur son avenir à plus long terme : le rapporteur spécial propose qu’à tout le moins l’investissement social (pour l’éducation, la formation, la santé) soit à l’abri de cette discipline. «2 500 milliards d’euros ont été investis dans des entreprises. Jamais autant d’argent public n’a été investi dans le marché, mais l’on a manqué l’occasion d’imposer des conditions liées à la lutte contre les inégalités ou à la transition écologique», souligne-t-il, relevant qu’on a trop souvent fait reposer la transition écologique sur une fiscalité environnementale.


Car les Etats ne parviennent pas vraiment à concevoir un développement qui ne reposerait pas sur la seule croissance du PIB. Or, affirme-t-il, la croissance ne peut être découplée de l’empreinte écologique : il faut inventer une manière de réussir la transition écologique et de réduire la pauvreté sans tout faire dépendre de la croissance. «Les citoyens inventent de nouvelles manières de se déplacer, les collectivités locales prennent en main la transition écologique, une course de vitesse est engagée contre la dégradation des écosystèmes. Nous progressons, mais je ne suis pas convaincu qu’on soit en train de gagner cette course.»


De Schutter pense qu’il faut renouer avec l’audace de la planification. «La France a remis sur pied le commissariat général au plan, c’est une idée des années 50 : l’Etat doit être stratège, le marché ne suffit pas», explique-t-il. Il voudrait aussi favoriser l’expérimentation à l’échelle territoriale. «La France, qui a longtemps eu la réputation d’être jacobine et centralisatrice, a reconnu l’importance du droit à l’expérimentation locale, comme avec ses pactes alimentaires territoriaux. Comprendre ces complémentarités à l’échelle de la région ou du département peut être bénéfique.» Il imagine que réussir cette équation complexe – «verdissement-économie et justice sociale» – ne peut se faire qu’à la condition qu’on ait plus «d’imagination dans lutte contre la pauvreté».


Il pense à des expériences concrètes, comme celles des «territoires zéro chômeur de longue durée», qui repose sur trois idées : toute personne a des compétences qu’elle peut faire valoir ; il y a assez de travail pour chacun car nombre de besoins ne sont pas satisfaits ; et en trouvant du travail aux chômeurs, on peut économiser suffisamment pour financer ces emplois. «Il faut simplement sortir d’une économie qui exclut et dérégule le marché du travail, et généraliser l’économie sociale et solidaire. Celle-ci peut indiquer le cap à suivre.»


Également disponible sur le site de Libération.

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

« L’écologie des traits d’union »

par Charlotte Giorgi, militante écologiste et créatrice du podcast Oïkos journaliste et autrice - 11 juin 2021 Agir pour le Vivant : Tribune Je m’appelle Charlotte. Je suis de la génération de la gran

« #GraciasLuna, une nécessaire humanité »

par Julia Montfort, journaliste et autrice - 9 juin 2021 Agir pour le Vivant : Tribune En prenant dans ses bras un migrant à bout de force, la bénévole de la Croix-Rouge espagnole a fait preuve d’une

« Vivre une proximité heureuse »

par Carlos Moreno, professeur associé IAE Paris, Université Paris1 Panthéon Sorbonne, Chaire ETI - 6 juin 2021 Agir pour le Vivant : Tribune Quels bouleversements le Covid 19 est-il venu opérer dans n