Rechercher
  • AgirPourLeVivant

Nous sommes prêt·e·s à changer de monde, et vous ?

Par Le collectif OnEstPrêt—22 mai 2020


Dessinons un monde dans lequel nous pouvons nous projeter, un monde qui nous fasse rêver ! Parce que pour le moment, soyons clairs : nous ne voyons que des gribouillages…


«Dessine-moi un monde nouveau», voilà ce que demande la jeunesse et plus largement la société civile aujourd’hui. Dessinons un monde dans lequel nous pouvons nous projeter, un monde qui nous fasse rêver ! Parce que pour le moment, soyons clairs : nous ne voyons que des gribouillages… Notre système est à bout de souffle, et la crise sanitaire du coronavirus est l’une des conséquences catastrophiques de la crise écologique. Si nous décidons de ne rien changer, si nous décidons de ne pas nous remettre en question, le choc des prochaines crises sera bien plus rude.


N’avez-vous donc pas compris ce que les scientifiques répètent à coups de rapports, ce que des centaines de tribunes (comme celle-ci) soulignent depuis des années, ce que vous disent les Français·e·s qui inlassablement marchent, signent des pétitions, s’engagent à leur échelle pour plus de justice sociale, pour plus de justice environnementale ?


Maturité citoyenne

Les citoyen·ne·s sont bien prêt·e·s à changer de modèle. Avez-vous délibérément choisi de ne pas les voir, de ne pas les entendre ? Pourtant le confinement dû à la crise sanitaire actuelle infléchit cette tendance et la rend plus visible que jamais : «68% des Français se disent prêts à adopter un comportement plus écoresponsable après la pandémie.»


C’est la raison d’être de notre mouvement «On est prêt», lancé en novembre 2018. Pour la première fois, plus de 60 personnalités se sont réunies dans l’action avec un mot d’ordre commun : nous sommes prêts à agir, chacun à notre échelle pour réduire notre impact sur l’environnement, et nous le prouvons. Le succès de la première campagne en est la preuve ! Les citoyen·ne·s étaient prêt·e·s, ils ont modifié leurs modes de vie et ont répondu à l’appel de l’Affaire du siècle, la pétition la plus signée de l’histoire de France pour attaquer l’Etat en justice pour inaction face à l’urgence climatique.


En participant à la convergence des mobilisations lors de la marche du siècle, «On est prêt» a servi de porte-voix à un message commun : nous demandons une justice sociale et écologique. Pour répondre à cette demande grandissante, et après des négociations au plus haut niveau, est née la Convention citoyenne pour le climat, un processus inédit qui a permis le tirage au sort de 150 citoyens représentatifs de la société française (métropole et Drom) afin qu’il·elle·s réfléchissent collectivement aux actions à mettre en place pour réduire d’au moins 40% les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, dans un esprit de justice sociale.


Ces actions, moins connues du grand public, reflètent le cœur de la mission que s’est donnée notre mouvement : redonner aux citoyens l’envie et les moyens d’agir pour un monde plus respectueux du vivant, retrouver leur place au cœur de la société et de notre démocratie.


Changements

Un an et demi plus tard, cette crise fait craquer les failles d’un système dépassé. Cette crise ne serait-elle pas le bon moment pour changer radicalement de modèle, et construire un monde nouveau ?


Et si tout était déjà en place pour un changement de société ?


Partout dans le monde, des hommes et des femmes ont commencé à imaginer de nouveaux récits, à explorer de nouvelles voies.


Questionner nos modes de vie en profondeur et proposer des solutions pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre, c’est ce que fait la Convention citoyenne pour le climat depuis octobre 2019. Les propositions des citoyen·ne·s tiré·e·s au sort vont dans le sens d’un changement radical de philosophie. Elles remettent le vivant à la première place et l’économie à sa juste place.


Cette Convention citoyenne est la preuve vivante que si nous donnons aux citoyen·ne·s les clés pour prendre leur destin en main, l’intelligence collective débouche sur des solutions ambitieuses, parfois contraignantes, mais attentives à ne laisser personne sur le bord du chemin.


Depuis le 17 mars, début de ce confinement, de nombreuses associations et ONG défendent des mesures pour une sortie de crise, notamment celles proposées par la Convention. Et l’engouement citoyen pour toutes ces initiatives nous raconte peu à peu une tout autre histoire, celle d’un élan démocratique.


Nous sommes prêt·e·s !

Nous sommes prêt·e·s à imaginer, via les arts et la culture, des utopies lucides afin de pouvoir les faire advenir, avec Résister et créer.


Nous sommes prêt·e·s à faire la grève de l’école tous les vendredis (#Fridaysforfuture) et à marcher dans les rues de France et du monde entier avec Youth for Climate pour vous faire prendre conscience de la nécessité de léguer aux générations futures une planète saine et durable et l’urgence climatique.


Nous sommes prêt·e·s à choisir un employeur suffisamment engagé dans la transition, et à interpeller en direct les élus avec le mouvement pour un réveil écologique.


Nous sommes prêt·e·s à soutenir et appliquer les recommandations pour baisser les émissions de gaz à effet de serre proposées par la Convention citoyenne pour le climat.


Nous sommes prêt·e·s à nous retrousser les manches avec Démocratie ouverte et à nous réunir en assemblées citoyennes partout en France pour construire le monde d’après.


Nous sommes prêt·e·s à participer largement à la vie politique en investissant le parlement avec le Jour d’après, les mairies avec l’initiative Tous élus, en interpellant nos élus à travers l’Appel commun à la reconstruction, et en participant à des consultations de grandes ampleurs comme «Inventons le monde d’après» pour proposer des solutions concrètes permettant d’engager des changements d’ampleur dans nos comportements en matière d’alimentation, de mobilité, etc. en ligne avec les Accords de Paris.


Nous sommes prêt·e·s à l’introduction d’un revenu universel européen.


Nous sommes prêt·e·s à renouer avec la terre et à prêter main-forte aux chantiers écologiques massifs et aux agriculteurs pour assurer la résilience alimentaire en participant à l’appel Viens on CEM !


Et vous ? Etes vous prêt·e·s ?

Retrouvez toute les semaines les Tribunes Agir pour le Vivant sur le site agirpourleviant.fr et sur le journal Libération, partenaire d'Agir pour le Vivant.

96 vues

Posts récents

Voir tout