Rechercher

« Des vies et des villes »

par Alexandra Schwartzbrod - 3 juin 2021

Agir pour le Vivant : Éditorial


Rénover, rythmer, transformer, débattre… Ce jeudi 3 juin dans «Libération», en partenariat avec Agir pour le Vivant, un supplément de 28 pages sur les métamorphoses urbaines.

La ville est originellement le cœur battant de la démocratie. C’est là où les hommes, et désormais les femmes – immense avancée de ces dernières années – se réunissent pour organiser la vie en commun. Quand on y pense, quoi de plus beau qu’une agora échangeant biens et idées, informations et opinions. «Celui qui est sans cité est, par nature et non par hasard, un être ou dégradé ou supérieur à l’homme», disait Aristote.


Loin de la ville point de salut, serions-nous tentée d’écrire nous qui, il y a bien longtemps, avons délaissé l’île du Pacifique où nous avions inconsidérément planté nos pénates pour revenir dare-dare à Paris tant nous manquaient l’odeur du métro, le café vite bu dans une salle ouverte sur les bruits de la rue, les librairies aux devantures comme autant de vertiges, les parcs ombragés et leurs lots de joggeurs de l’aube ou de promeneurs du soir. La ville, pour nous, c’est la vie. D’ailleurs, ne parlons-nous pas de cœur, d’artères, de flux ?


A chaque âge, ses lieux de déambulation. Square pour l’enfant, lycées et bancs publics pour l’adolescent, cafés, cinémas et bibliothèques pour l’étudiant, ponts, ruelles, portes cochères pour les amoureux, restaurants pour les plus vieux et puis retour à la case départ, bancs et squares pour les vieillards. Jean-Christophe Bailly, un des écrivains qui s’est le plus intéressé à la ville a eu un jour cette phrase : « Une ville est une réserve, une puissance, mais aussi un acte sans fin recommencé, un ensemble vivant qui ne vit que de ce qui frémit dans ses trames.» Trames ? Comme la trame d’un récit ? La ville est le fruit de l’histoire qui tisse tous ses souvenirs, tragédies ou avancées architecturales, elle croît au rythme des brassages de population, se mélange et s’enrichit sans cesse.


Jean-Christophe Bailly, encore lui, dans la Ville à l’œuvre : «Connaître une ville ou tout au moins l’apprendre, c’est […] la pénétrer, la toucher, c’est entrer dans sa matière même, et c’est dissoudre le panorama […] pour plonger dans la densité kaléidoscopique d’un fondu enchaîné discontinu, aux rythmes perpétuellement changeants.»


Dans notre supplément


VIVRE. Les Ulis, la possibilité d’une ville Retour nostalgique sur la cité née il y a une quarantaine d’années dans l’Essonne. Ou comment naît, vit, grandit et se transforme une ville – et ses habitants.


RESPIRER A New York, toit, toit, mon toit Rooftops végétalisés et potagers suspendus se multiplient au sommet des immeubles. Une des initiatives du plan climat adopté au printemps 2019.


Le BTP laisse toujours béton Le secteur de la construction a pris conscience de son impact sur la biodiversité. Mais on est loin du compte !


CRÉER Quand s’affiche l’urgence pour le vivant Les 8 et 9 mai, mêlant cultures politique et artistique, artistes, public et étudiants de l’école des Beaux-Arts de Paris ont créé une multitude d’affiches-manifestes. Une exposition éphémère à retrouver sur les murs de la capitale et à Arles.


TRANSFORMER Dans le Nord, un archipel de projets verts 4 200 hectares d’espaces naturels connectent désormais les anciennes cités minières.


A Medellín, que cent fleurs s’épanouissent La rénovation réussie du quartier de Moravia, jadis réputé pour sa violence et sa décharge.


RYTHMER Quand le temps des villes suspend son vol Pour retrouver le «temps de vivre», les mairies plaident pour la redécouverte de la proximité.


Vélo, téléboulot, dodo Le télétravail change les usages de la ville. Urbanistes et architectes se penchent sur cette révolution.


REGARDER Carte blanche L’artiste californienne Andrea B. Stone nous embarque dans un voyage urbain avec pour référence des tableaux de Monet, Kandinsky ou Picasso.


PARTAGER A Lyon, éloge du tissu social L’association les Débraillé·e·s applique les principes de l’économie circulaire au prêt-à-porter.


A Amsterdam, un «donut» face à la crise La capitale des Pays-Bas s’est inspirée des travaux de l’économiste Kate Raworth.


IMAGINER Demain les villes Elles s’appellent Trantor, Coruscant, Metropolis ou Gotham City... Les «monstruopoles » de la science-fiction nous montrent la voie à ne pas suivre. Peut-on pourtant imaginer autre chose ?


AGIR ET DÉBATTRE Portraits, tribunes et programme Comment vivre aujourd’hui ? Vivre dans des villes en mutation, vivre lorsque l’espace-temps devient incertain ? Pour imaginer une nouvelle composition du monde, il est urgent de tisser des relations entre les savoirs, les récits et les êtres.


Également disponible sur le site de Libération.

23 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

« Un œuf congelé pour l’hermine »

par David Grémillet, (depuis le Groenland), directeur de recherche au Centre d’études biologiques de Chizé - 20 septembre 2021 Agir pour le Vivant : Chronique «Un été arctique» Comme chaque année dep

« Climat : sept raisons d’y croire et d’agir »

par Benjamin Leclercq et illustration Catherine Cordasco - 17 septembre 2021 Agir pour le Vivant Après des décennies à fermer les yeux, les sociétés ont enfin pris conscience de la crise climatique e