PROGRAMME

DES RÉSIDENCES 

La Fabrique de l’action pour le vivant est une contribution à la recherche des moyens d’agir au sein des territoires, avec les entreprises, les organisations et les citoyens. Dans le cadre de résidences de travail et d’ateliers, Agir pour le Vivant souhaite participer à l’élaboration de nouvelles méthodologies pour agir concrètement.

RÉSIDENCES
& ATELIERS DE TRAVAIL

  LA FABRIQUE 
 DE L'ACTION 

LA FABRIQUE DE L' ACTION POUR LE VIVANT

DANS LES TERRITOIRES 

DU MARDI 24 AOÛT AU VENDREDI 27 AOÛT

La ‘Fabrique de l’action pour le vivant’ réunira pendant 4 jours plus d’une vingtaine d’experts et de porteurs de projets afin de mener une réflexion sur les nouvelles manières d’aménager et de penser les territoires autour du principe de solidarité écologique. Dans une situation de péril climatique, comment mettre en œuvre une politique du vivant basée sur l’attention à la biodiversité, la sollicitude, la responsabilité et la solidarité envers le vivant ? Au travers de l’étude de 6 projets territoriaux innovants répondant aux multiples enjeux de la transition écologique, énergétique, économique, sociale et solidaire, les experts tenteront d’aboutir à l’élaboration de nouvelles méthodologies d’actions pour agir concrètement dans les territoires.

EN HUIT CLOS

En partenariat avec la Banque des Territoires.

Cette résidence est co organisée avec Luma Arles.

Conception, développement, animation

Raphaël Mathevet, Directeur de Recherche au CNRS, spécialiste des interactions homme/nature et de la gestion intégrée des territoires de la biodiversité.

Michel françois Delannoy, Directeur de l’appui au territoire au sein de la Caisse des Dépôts et Consignations.

Marie Aboulker, Experte territoriale Programme Action Coeur de Ville.

En co-animation avec Emmanuel Delannoy.

Porteurs de cas

La commune de Fabrègue et l’AgroEcoPole du domaine de Mirabeau: Aurélie Tacquard,  chargée de mission à l’AgroEcoPôle du domaine de Mirabeau,  Fabien Lépine, membre du CEN (conservatoire d’espaces naturels)Mylène Fourcade, élue représentante du projet d’AgroEcoPôle. 

Pacte pastoral intercommunal Causses Aigoual Cévennes Terres Solidaires: Olivier Barrière chercheur Juriste de l'environnement & Anthropologue du droit à l’IRD, Irène Lebeau Vice-présidente de la Communauté de communes Causses Aigoual Cévennes Terres solidaires , Noémie Cabanes, animatrice du Pacte pastoral intercommunal des Causse Aigoual Cévennes Terres solidaires. 

Parc Naturel Régional des Vosges du Nord:

Sébastien Morelle, Chargé de Mission protection de la nature pôle nature. 

 

Ville de Grasse, Sainte Marthes, Tiers-Lieu de la transition écologique et Solidaire:

Geneviève Fontaine, Économiste à l’Institut Godin, directrice de la société coopérative d’intérêt collectif TETRIS et du tiers-lieu de la transition écologique et solidaire de Grasse, Philippe Chemla, membre de la société de coopération d’intérêt collectif TETRIS.  

Conservation du littoral et agriculture durable dans le Var:

Gilles Vincent, maire de Saint-Mandrier,, Richard Barety, chargé de mission au conservatoire du littoral. 

Centre permanent des initiatives pour l'environnement Rhône Pays-d'Arles.

Roland Roux, Président du CPIE Rhône Pays d'Arles et vice-président de l'Union nationale des CPIE, Emmanuel Dollet, directeur du CPIE. 

Groupe d'experts

Sigrid Aubert, Anthropologue du droit, spécialiste de la fabrique de la règle et de la gestion inclusive au CIRAD.

 

Marc Dufumier Agronome et professeur en agroécologie à AgroParisTech.

 

Geneviève Fontaine, Economiste à l’Institut Godin, directrice de la société coopérative d’intérêt collectif TETRIS et du tiers-lieu de la transition écologique et solidaire de Grasse.

 

François Bousquet, Modélisateur et anthropologue, spécialiste des communs et de la résilience au CIRAD. 

 

Agnès Michelot, Juriste à l’Université de la Rochelle et vice-présidente de la Société française de droit de  l’environnement,

 

Anne-Caroline Prévot, Spécialiste des imaginaires et de psychologie de la conservation de la nature au CNRS et au Muséum national d’histoire naturelle.

 

Pierre Leroy Président du Pôle d’Equilibre Territorial et Rural du Briançonnais, des Ecrins, du Guillestrois et du Queyras, 

 

Joëlle Zazk, Philosophe, spécialiste de philosophie politique et du pragmatisme à l’Université Aix-Marseille,

 

François Fouchier,  Délégué régional Provence Alpes Côte d’Azur du Conservatoire du Littoral et des Rivages Lacustres.

AGIR POUR LE VIVANT EN AFRIQUE 

DU LUNDI 23 AOÛT AU VENDREDI 27 AOÛT

 

Agir pour le Vivant et l'Agence Française de Développement organisent à Arles, une résidence de réflexions et de travail en vue de la construction d'un projet à Dakar. Celle-ci vise à réunir une dizaine de personnalités africaines, autour de deux objectifs communs : définir les priorités de l’action pour le Vivant en Afrique et contribuer à la rédaction d’un cahier des charges pour lancer un événement à Dakar en 2022 prenant en compte les recommandations des priorités de l’Action pour le Vivant en Afrique.

Participants


Séverine Kodjo-Grandvaud, philosophe spécialiste en philosophie africaine et journaliste, Gaël Maganga, Dr vétérinaire, professeur associé, spécialiste en en virologie et santé animale, Jean Godefroy Bidima, Philosophe, professeur de la chair Yvonne Arnoult au département de français et d’italien de l’université de Tulane à la Nouvelle-Orléan (visio ou présentiel), Parfait Akana, anthropologue, Suspens Averti Ifo, écologue forestier et professeur à l’université Mariën Ngouabi, Sarah Toumi créatrice de Acacia for All, Mohamed Fawzi Bedredine, Président du comité “Dakar 2022” de l’organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal, Momar Baby, zéro déchet Dakar, Tamsir Ndiaye, Directeur général de la SOGEM/ OMVS, Justin Lekoto, responsable chargé de la formation chez Songhaï. Marie-Yemta Moussanang, créatrice du podcast Afrotopique, Myriam Mihindou, artiste franco Gabonaise, Fatou Maty Diouf, développement du projet Agir pour le vivant à Dakar.

En partenariat avec

L'Agence Française de Développement. 

Cette résidence est co organisée avec Luma Arles.

Avec la contribution de :   

Felwine Sarr, écrivain, économiste, philosophe, Anne-Marie Bryan Distinguished Professeur à l'Université de Duke en Caroline du Nord.


Achille Mbembe, philosophe, théoricien du post-colonialisme, politologue et historien.

Rémi Rioux, directeur général de l'AFD

 

Sarah Marniesse, responsable de l'AFD Campus. 

Modération et animation

Jeanne Henin, cheffe de Campus AFD Isabelle-Kristalna Perrody, chargée de projets pédagogiques Campus AFD

 

Contribution à la préparation de cette résidence

Coumba Sow, Coordonnatrice régionale de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et agroéconomiste.

ASSEMBLÉE POPULAIRE DU RHÔNE 

DU VENDREDI 27 AOÛT AU DIMANCHE 29 AOÛT

A l'initiave de Id.eau et de l'appel du Rhône.

Cet événement sera le coup d’envoi de l’Assemblée populaire du Rhône qui consiste à créer une démarche démocratique franco-suisse, participative et citoyenne inédite pour impulser et accompagner un changement législatif afin de reconnaître la personnalité juridique du Rhône. Cette initiative impliquera les habitant·e·s du bassin versant du Rhône, dans une action de reconnaissance des droits de la Nature associée aux 9 limites planétaires. Ils·elles auront pour mandat la promotion de méthodologies, de politiques et de gouvernances innovantes en faveur de la reconnaissance des Droits du fleuve (dignité, sécurité, préservation, intégrité) à l’horizon 2025. Ce projet cherche à rassembler autour de la question du Rhône des citoyen·ne·s, artistes, entrepreneur·e·s, institutions et scientifiques afin de fédérer et co-construire de nouvelles manières de changer le quotidien pour imaginer un avenir durable.
Lors de cette session de lancement le comité de surveillance et le conseil consultatif seront réunis sur 3 jours afin de consolider la gouvernance de l’APR. Des temps ouverts au public et sur réservations sont organisés.

A l'initiative de Id.eau et de l'appel du Rhône.

Cette résidence est co organisée avec Luma Arles.

Comité de surveillance:

 

Loïc Blondiaux, politologue,

 

Nelly Niwa, architecte, urbaniste et docteure en environnement,

 

Corto Fajal, réalisateur,

 

Philippe Roch, ancien directeur de l’office fédérale de l’environnement,

Séverine Carrez.


Groupe de coordination: Missions publiques

Conseil consultatif : 

Marine Calmet

Guy Kulitza

Jean Louis Michelot

Sacha Bourgeois-Gironde

Géraldine Viret

Nathalie Lauriac

Nicolas Croquet

Agnès Sinaï

Marin Schaffner

Caroline Lejeune

Ernst Zürcher

LES JEUNES POUR LE VIVANT 

CONSTRUIRE DE NOUVEAUX RÉCITS DE L'ENGAGEMENT

DU LUNDI 23 AOÛT AU VENDREDI 27 AOÛT

Ecole Nationale Supérieure de la Photographie.

Forcé de constater que la mobilisation générale que nous espérions voir jaillir face aux enjeux des crises écologiques n’advient pas, nous avons compris qu’il était temps de chercher un nouveau vocabulaire de l’engagement. Si les manifestations, les pancartes, les plaidoyers et les blocages ne suffisent plus à transmettre la rage de vivre et les espoirs qui portent notre engagement, comment dire autrement ? Comment faire entendre la voix d’une jeunesse qui ne veut pas voir son monde s’embraser sous ses yeux?  Et si la lecture d’un roman, la vue d’un film ou d’une photographie pouvaient mobiliser plus qu’une énième manifestation ? Et si, par les sens, nous parvenions à comprendre ce que nos esprits refusaient jusque-là d’intégrer ? Portés par l’intuition qu’une bascule de nos systèmes vers une société écologique et solidaire peut passer par l’expérience sensible, nous faisons le pari de réunir 25 jeunes militants et artistes pour forger collectivement un nouveau langage de l’engagement.

Participants

Marie Wallaert, militante chez CLIMates et étudiante en lettre et théâtre, Julie Pasquet, co-présidente de Together for Earth, Emma Kalinkanzaros, membre du bureau du RESES et étudiante en biologie et science environnementales, Tanguy Descamps, co-créateur du collectif d’artiste VIVANT!, Cristo Corbeau, Artiste-auteur et facilitateur, Agathe Redier, membre de la coordination nationale de Together for Earth et étudiante en philosophie/histoire de l’art, Maxime Ollivier, activiste Extinction Rébellion et membre du bureau d’organisation de la primaire populaire, Stacy d’Algrain, fondatrice du Think and Do tank Penser l’après et de la newsletter “La Corneilles”,  Sendo, danseur et slameur, Romane Rostoll, graphiste et militante XR, Laurie Benisti, militante chez Avenir Climatique, étudiante à l’université de Lumia et co-organisatrice de festivals d’arts, Valentin Alemany, étudiant en architecture et militant chez Together for Earth, Aurélie Lokap, danseuse, chorégraphe et comédienne créatrice de la compagnie ‘There’s a way’,  Liliah Ferhouh, coach, facilitatrice de mouvements et danseuse, Noa Levy Baron, activiste, danseuse et comédienne, Marine Giraudet, metteuse en scène de la pièce d’éco-théâtre ‘Déméter’ et membre du collectif Arborescence, Alexis Louat, militant et auteur, Paul Meigne, militant chez XR, vidéaste et membre de l’équipe “mise en récit” du shift project, Yazid, compositeur, musicien et chanteur engagé.

ATELIER L'EMPREINTE NATURELLE

DES ENTREPRISES ET DES ORGANISATIONS

JEUDI 26 AOÛT

Ecole Nationale Supérieure de la Photographie.

Un cycle d’ateliers dans la durée. Une invitation à construire avec l’ensemble des partenaires d’Agir pour le vivant le monde de demain en conjuguant les expertises et les points de vue. Il est un point de rencontre pour les structures qui souhaitent créer de nouveaux modèles et/ou faire évoluer leurs modèles vers une plus grande prise en compte de la place du vivant dans les dynamiques de créations de valeurs économiques. Ces ateliers sont une démarche innovante, prospective et collective qui envisage une réflexion dans la durée. Ensemble, nous nous questionnons sur la vraie nature de ce qui permet de contribuer à des prospérités partagées, de créer de la valeur tout en prenant soin de nous-même, de nos sociétés et des écosystèmes qui nous hébergent.

UNE APPROCHE NOUVELLE

DU VIVANT VERS L’ENTREPRISE

 

Accompagner les entreprises en s’inscrivant dans l’ADN d’Agir pour le Vivant.

Agir pour le vivant a la conviction que l’entreprise peut jouer un rôle majeur dans la métamorphose de l’action pour le vivant. 

Dans une dynamique de co-construction, nous proposons de réfléchir à de nouveaux partenariats avec le vivant et à la création de valeur économique tout en prenant soin des écosystèmes qui nous hébergent. 

 

Définir notre propre corpus « Agir pour le Vivant ».

Nous proposons de partir du terrain, c’est-à-dire de l’écosystème de l’entreprise, plutôt que des standards et normes existantes et de nourrir la réflexion des entreprises, pour lesquelles les notions d’écosystème et de biodiversité restent encore diffuses aujourd’hui, en en apportant l’éclairage d’experts pluridisciplinaires.

ENTREPRISES
ATELIERS DE TRAVAIL

Une démarche co-conçue et animée par Anne Gaillard et Tarik Chekchak de l’Institut des Futurs Souhaitables. 

N&B_INSTITUTS FUTURS SOUAHITABLES.png

 

S’inscrire dans le temps long.

Conscients de la nécessité de construire la prise de conscience et l’action des entreprises dans le temps, comme un processus transverse à leurs activités, il nous parait important d’organiser plusieurs RDV et d’assurer la liaison entre ces moments de partage.